Ouverte depuis mi-décembre dernier – en plein dans les bûches de Noël et les entremets de fin d’année – la Pâtisserie Nanan ne s’est pas laissée enguirlander ! Loin de là même, d’ailleurs le Gault&Millau a retenu leur galette dans leur sélection des meilleurs. Découverte de cette nouvelle pâtisserie joliment nommée Nanan.

Nanan, dans le dictionnaire de la langue française, ce mot masculin quelque peu familier et désuet malgré sa mignonnerie, se traduit dans le langage enfantin comme friandises, sucreries ; « toute chose délicieuse, c’est du nanan« . Dans la rue Keller du 11ème arrondissement de Paris, Nanan est une toute petite et jolie pâtisserie tenue par deux demoiselles pâtissières, Yukiko Sakka et Sophie Sauvage.

Arrivée en France en 2003, Yukiko effectue une formation de pâtisserie à l’école Ferrandi de Paris. Sophie, quant à elle, se reconvertie après des études de traductrice anglais/chinois. C’est chez Pierre Gagnaire que les deux pâtissières se rencontrent. Après trois années dans la restauration, les deux désormais amies se retrouvent avec une même idée en tête : ouvrir une pâtisserie boutique.

Pas plus grande qu’un mouchoir de poche, la Pâtisserie Nanan se veut en toute transparence. Grande baie vitrée en guide d’entrée et quatre murs blancs donc un avec vue sur le laboratoire, de sorte que les deux pâtissières aux fourneaux puissent jeter un œil aux clients qui arrivent, et vice versa.

Le comptoir à douceurs situé à droite en rentrant, se divise en deux parties ; les viennoiseries sont d’un côté et les pâtisseries fraiches de l’autre, dans la partie réfrigérée. Le choix gourmandises sur l’étal est décidé en binôme, mais pour se repartir les tâches – puisqu’elles ne sont que deux – Sophie s’occupe des viennoiseries et Yukiko des pâtisseries.

Roulés à la cannelle, croissants, pains au chocolat, pains au raisins, brioches, chaussons au pomme… Le choix est beau et vaste, et le feuilletage bien beurré diffuse sa bonne odeur de bien caramélisé et gourmand à souhait.

Côté pâtisseries, celles-ci changent en fonction des saisons, et sont d’inspiration traditionnelle française avec une petite influence japonaise. Ainsi la tartelette au chocolat, le classique opéra, le Paris-Brest et la tarte citron, se retrouvent à côté d’un très beau chiffoncake et du fameux mont-blanc tant apprécié par les japonais.

Si l’on devait redéfinir dans le dictionnaire le mot enfantin « nanan », la pâtisserie homonyme du 11ème arrondissement en serait le meilleur exemple. De la sorte, on aimerait lire : Nanan, pâtisserie à Bastille qui séduit la gourmandise des petits et grands enfants.

Ouverture du mercredi au vendredi de 8h30 à 20h et du samedi au dimanche de 10h à 20h.

patissière franco japonaise

Yukiko Sakka et Sophie Sauvage
Crédit Photo : © Géraldine Martens

tarte poire individuelle

Crédit Photo : © Géraldine Martens

tarte chocolat facile

Crédit Photo : © Géraldine Martens

roulé cannelle recette

Crédit Photo : © Géraldine Martens

pain aux raisins recette facile

Crédit Photo : © Géraldine Martens

recette petit beurre

Crédit Photo : © Géraldine Martens

vitrine patisserie

Crédit Photo : © Géraldine Martens

patisserie nanan paris 11

Crédit Photo : © Géraldine Martens

Pâtisserie Nanan
38 rue Keller 75011 Paris

Ecrit par geraldinemartens

Rédactrice-Photographe et Community Manager dans la Gastronomie et la Pâtisserie.